Cette semaine, l'une de mes amies, déjà maman d'un petit garçon, a annoncé sa grossesse sur Facebook et elle a lancé les paris: fille ou garçon?

(Elle a donné la réponse le dimanche à sa famille autour d'un Gender Cake (en gros un gateau soit rose, soit bleu à l'intérieur), je ne connaissais pas du tout, et vous?

Chacun y est allé de son pronostic, les "filles" étant étrangement majoritaires. Car c'est bien connu, une famille parfaite est une famille avec un papa, une maman, un fils et une fille (vous savez comme au jeu des 7 familles!). D'ailleurs, certains plus que de pronostiquer, lui "souhaitait" une fille, non parce que franchement, hein, deux garçons, quelle horreur (peut-être bien même qu'un seul, déjà, ce n'est pas terrible)! Sérieusement? Ca semble si horrible que ça d'avoir deux enfants du même sexe?

Chaque fois qu'une femme déjà maman une première fois (une primipare quoi!), retombe enceinte, devrait-elle prier, allumer un cierge, faire un pelerinage et tout et tout ( ou quoi que ce soit que ses croyances proposent) pour avoir un enfant du sexe opposé? Et celles qui ont déjà deux (et plus) garçons (ou filles)? Sont-elles condamner à souffrir? Non, parce que quand on entends certaines remarques compatissantes, c'est à croire. "Oh ma pauvre, t'es pas trop déçue?" "Bon ben plus qu'à faire un troisième" "Rhoo! Encore un garçon, tu vas te sentir seule! "Oh non, j'avais justement repéré une jolie robe...!" "Non mais, comment vous devez être dégoûtés!" "Non mais au pire vous pouvez toujours en adopter une, de fille!" j'en passe et des meilleures! Et pourtant, c'est drôle, parce que je connais quelques parents qui n'ont que des garçons et d'autres que des filles et bizarrement ils ne s'en plaignent pas! Moi-même, je n'ai qu'une soeur et ma mère n'a pas eu l'air d'en souffrir (mon père aurait aimé un fils, c'est vrai).

En temps que parents, on a parfois une préférence pour des raisons qui nous appartiennent. Un fils, une fille. Que ce soit mr Chéri ou moi, honnêtement, nous nous moquions totalement d'avoir un garçon ou une fille pour commencer, et si nous avions à nouveau un petit gars, nous serions aussi ravis que si nous avions une petite fille.

D'autres, évidement, rêvent depuis toujours d'avoir une fille ou un fils (ou un de chaque, rappelez -vous, l'image de la famille parfaite qu'on nous inculque depuis toujours) ce que je respecte totalement, mais c'est là l'envie des parents (et pas du facteur ou de la boulangère qui serait bien désolés pour eux s'ils n'avaient pas la fille ou le garçon pour venir complèter la paire!) et dans ce cas ce n'est pas la peine de leur rappeler à quel point ils doivent être déçus: ils le savent déjà!

Pour moi, le choix du Roi (Un fils puis une fille historiquement, mais de nos jours peu importe l'ordre) appartient au passé où le fils servait à pereniser le nom et à reprendre le flambeau quand la fille était là pour permettre de passer des alliances par son mariage. Il n'y a plus besoin d'avoir l'un et l'autre pour former la famille parfaite, il faut juste accepter de laisser la nature décider et avec beaucoup d'amour, de patience, de coups de gueules, de cris et de rires, de calins et de tendresse, qu'importe comment est notre famille, elle sera assurement, pour nous, parfaite (N'en déplaise à certains).